linkedIn twitter youTubefacebook viadeo

ICF France

Synthèse de la Journée du Printemps 23 mars 2013

Par l’écoute et l’observation d’expériences de pionniers, cette journée proposait de s’interroger sur le sens de l’intelligence collective, sur les initiatives en cours et sur le rôle potentiel de chacun dans sa diffusion.

L’intelligence collective se manifeste et s’observe dès que des êtres vivants collaborent, intra-espèce ou inter-espèces, en petit groupe, ou en très grand nombre.

Du côté de l’espèce humaine, des transitions rapides secouent actuellement la société.

Internet, les médias sociaux et les technologies de la collaboration induisent pléthore de phénomènes notamment au sein des entreprises :

-       Les réseaux sociaux en ligne réduisent le degré de séparation entre individus et transforment les mécanismes d’influence

-       Les notions de pouvoir et de hiérarchie évoluent au profit de la responsabilisation des individus

-       Les grandes entreprises se scindent en communautés autonomes

-       L’entreprise devient poreuse, ses limites s’ajustent selon la demande

-       Les managers se positionnent différemment face à l’afflux constant d’informations

Emergent déjà des structures décentralisées, fondées sur la pluralité ainsi que des modes d’auto-organisation précis et horizontalisés. Ces nouvelles structures dites « holomidales » (par opposition aux structures pyramidales) s’avèrent plus adaptées aux exigences quotidiennement mouvantes des technologies et du marché.

Cinq interventions d’une grande qualité ont permis un partage d’expériences et de références.

Olivier Raviart a notamment mis en exergue les travaux de Nicolas Christakis. Celui-ci a démontré que des caractéristiques telles que l’aptitude au bonheur peuvent se propager d'une personne à une autre. Ainsi, notre emplacement dans un réseau social peut produire un impact prépondérant sur nos conditions de vie.
Michel Hervé a exposé les modes de coopération au sein du groupe Hervé. Chaque salarié se comporte en entrepreneur ; des équipes restreintes échangent autant en réel qu’à travers des communautés en ligne ; la culture d’entreprise intègre le droit à l’erreur, favorise la diversité et donc l’acceptation des micro-conflits comme moteurs de créativité.
Marc Tirel a cité l’exemple de collectifs qui se réapproprient des architectures invisibles comme la monnaie. Des centaines de monnaies libres se créent, y compris sur internet. Il a également mentionné l’initiative « Oui Share », communauté de jeunes entrepreneurs qui soutient l’émergence d’autres structures. L’une d’entre elles, « Protei » mutualise à l’international des chantiers de conception industrielle (open hard ware).
Dominique Turcq a exposé quelques-unes des nouvelles « apps » dont aurait besoin un manager « augmenté » pour faire face avec agilité à tous les bouleversements traversés par la société.
Michel Podolak a montré la façon dont le « Klub Terre » promeut des projets citoyens, débattus et mis en lumière lors du « Festival de la transition ». Par ailleurs, son initiative « Artistes en mouvement » organise des spectacles à message où se mêlent arts et artistes de tous horizons.

Synthèse réalisée par Céline Berreby

Pour le membres ICF, identifiez-vous et téléchargez la synthèse complète en cliquant ici

Pour les non membres, renseignez vos informations en cliquant ici et vous recevrez la synthèse complète par mail.

Connectez-vous pour commenter