Forum ICF du printemps, Francis Mer : libérer la créativité pour réinventer l’entreprise - 9 avril 2015

Francis Mer : libérer la créativité pour réinventer l’entreprise

Le 9 avril 2015, ICF France accueillait Francis Mer à l’occasion du Forum du Printemps 2015. Après une carrière industrielle puis politique, Francis Mer est aujourd’hui investit dans une mission qui lui tient à coeur : la présidence de la Fondation Condorcet, dont l’objectif est de développer une nouvelle vision de la gestion des entreprises axée sur le management par les compétences des salariés. Persuadé que seules la « créativité libérée » des hommes pourra défricher les pistes de demain, Francis Mer partage, à l’occasion de cette tribune, ses convictions pour réinventer l’entreprise.

 

En introduction à la table ronde de l’après-midi du 9 avril 2015 sur le thème « Les défis RH et les innovations sociales », Francis Mer est invité à partager sa vision des problématiques que posent le système de gouvernance des entreprises aujourd’hui. Comment valoriser le capital humain ? L’ancien Ministre et Président de la Fondation Condorcet expose ici l’importance de différencier le « management des compétences », du «management par les compétences », basé sur la confiance.

Francise mer forum ICF 1

Il y a 70 ans, la vision américaine du monde économique nous a sauvé. Depuis, les Etats-Unis dictent au monde la conduite à tenir, en particulier au sein de l’entreprise.

Pendant 30 ans, les USA ont organisé le management des entreprises autour de la vision de John Kenneth Galbraith, « Le nouvel état industriel », avec une vision uniformisée de l’organisation.

« Créer de la valeur » est ensuite devenu, dans les années 80, la priorité des entreprisescotées en Bourse. Pour l’économiste américain Milton Friedman, la seule légitimité du dirigeant était alors de créer de la valeur pour celui qui « possède l’entreprise » : l’actionnaire.

Ce modèle américain, adopté de part le monde, a eu pour effet un développement « occidental » d’une grande partie du monde, notamment de la Chine.

Francis Mer : « Le monde, tel que nous le vivons aujourd’hui, est traversé par les mêmes crises que par le passé, et reflète la difficulté pour l’homme d’accepter l’autre, sans chercher à imposer sa conviction. »

En France, le modèle social qui nous permet de vivre ensemble, basé sur la redistribution des ressources par l’état, fait en sorte que personne ne reste au bord du chemin (vieillesse, faiblesse, non-culture..) et que chacun soit pris en charge par la collectivité.

Mais 30 ans de libéralisme échevelé à la mode américaine ont mis à mal notre économie. Dans le contexte économique actuel, sur fond de crise et de chômage, les entreprises ont peur d’un consommateur qui s’arrête de consommer, et rejettent toute la responsabiité de l’emploi sur les états. Pourtant, la responsabilité des dirigeants est aussi de découvrir qu’ils gèrent mal leur entreprise.

Francis Mer : « La productivité stagnante dans la plupart des entreprises attend d’être exploitée à travers l’engagement de tous les collaborateurs. Cela passe par la confiance en l’autre. »

Et c’est là que le rôle de l’accompagnement par le coaching est primordial. Il s’agit de faire comprendre aux dirigeants qu’ils peuvent mieux faire, en leur ouvrant les yeux sur leurs collaborateurs.


Francise mer forum ICF 2

Notre France, bercée par la conviction que « le patron exploite ses salariés » a perdu l’engouement des générations qui montent. Ces jeunes, qui ont grandi dans un monde de réseau et d’échanges d’opinion, constatent en arrivant sur le marché du travail, le fossé qui sépare leur mode de pensée du fonctionnement de l’entreprise.

A travers les cadres « détenteurs du savoir », nous continuons à considérer les salariés comme une masse anonyme qui doit obéir, et à fonctionner largement avec la conviction que la création de valeur et la hiérarchie sont les deux conditions nécessaires à la réussite.
Pourtant, les jeunes intègrent l’entreprise avec une connaissance, un savoir et une compréhension du monde que n’ont pas leur dirigeant. Ainsi, les classes dirigeantes, qui ne se remettent pas en question, passent à côté de la seule et unique solution pour sortir l’entreprise française et donc le pays, du déclin dans lequel il est depuis 20 ans.

Francis Mer : « Nous resterons dans la crise tant que nous n’aurons pas fait découvrir aux dirigeants d’entreprise que leur personnel est capable et a envie de s’engager pour mieux faire. »

Francise mer forum ICF Catherine Tanneau
Notre intérêt collectif est de faire émerger ces connaissances et compétences et d’en tirer profit pour que la performance de l’entreprise s’améliore. Cela demande du temps et un certain savoir-faire, mais surtout l’humilité de reconnaître que notre intérêt est de faire ensemble ce qu’il faut pour que tout le monde en profite.
La confiance en l’autre est la clé pour venir à bout de la productivité stagnante. Elle a le pouvoir de faire retrouver à chacun le sens et la fierté de travailler.

Francis Mer : « Vous avez à faire passer un message d’espoir dans les entreprises. Ne comptez pas sur l’autre, ou sur l’état, mais sur vous-même, en découvrant le potentiel d’engagement de tous ceux qui travaillent avec vous ».

Francise mer forum ICF 3

 

Partenaires ICF

CNJE
Les Compagnons de la Réinvention
Association Française de l'Accompagnement Professionnel Personalisé
PSF

Publicité Formations continues apportant des CCEU

Publicité ICF
Publicité ICF

Publicité Formations initiales ACTP / ACSTH

Please update your Flash Player to view content.
Don't have an account yet? Register Now!

Sign in to your account

Ce site utilise Google Analytics. En continuant à naviguer, vous nous autorisez à déposer un cookie à des fins de mesure d'audience.