Michel GARLOPEAU

Celui qui ne s'est jamais planté a peu de chances de pousser

Expérience en coaching 1-3 ans
Aura (Auvergne Rhône-Alpes)
69160 , TASSIN LA DEMI-LUNE (Mobilité : Nationale)

Compétences spécifiques

  • 12 ans d'expérience dans les études de marché et l'expérience client

Méthodes :

  • Approche Narrative (D.Epston / M.White)
  • PNL (J.Grinder / R.Bandler)
  • Analyse Transactionnelle (E.Berne)
  • CNV (Marshall B. Rosenberg)
  • Vision Intégrale (K.Wilber)

Langues :

Français

A propos de Michel GARLOPEAU

Bonjour à toutes et tous, je vous souhaite la bienvenue sur ma page consacrée à mon activité de coaching. Cette présentation est davantage consacrée à mon histoire et à son influence sur le métier que j’exerce aujourd’hui. C’est elle qui me rend unique. Puisse-t-elle éclairer votre choix à travers qui je suis et ce que je peux faire pour vous. Le récit commence dans une petite bourgade bourguignonne où je grandis comme un enfant unique. Loin de m’enfermer sur moi-même, ma mère m’autorise à recevoir très tôt des amis à la maison. J’ai eu la chance de pouvoir fonder des amitiés extrêmement solides et durables, dont la plupart sont encore vivaces plus de 30 ans plus tard ! Cette mise en contact précoce avec le monde extérieur a ainsi favorisé mon ouverture à l’autre, ce fameux « semblable » pourtant si différent. Mes premiers amis proviennent de milieux sociaux variés et ont des origines culturelles qui le sont tout autant. C’est pour cela que je vous accueillerai sans jugement ni intention hormis celle de profondément vouloir vous aider à avancer vers votre objectif. Je suis naturellement curieux à propos de qui vous êtes et de ce qui vous amène car à mes yeux, votre valeur intrinsèque d’être humain est inaltérable. Mon enfance et mon adolescence se déroulent sans accroc particulier. Je suis l’opposé du « gamin à problème » malgré un sacré caractère. J’aime l’école, je travaille bien sans forcer. Hormis un léger embonpoint qui m’a valu quelques railleries dans la cour de récréation, les épreuves qui ont fait de moi qui je suis trouvent d’abord leur source dans la cellule familiale. Ma mère découvre qu’elle a un cancer du sein l’année de ses 50 ans. J’ai 9 ans, je ne comprends pas les tenants et aboutissants d’une telle information. L’opération survient, le traitement commence. Elle me protège du mieux qu’elle peut des effets secondaires et met tout en œuvre pour que je continue à vivre une vie normale. Pendant 17 ans (!), je l’ai vue se battre comme une lionne, alternant les phases de rémission et les récidives. De véritables montagnes russes émotionnelles qui m’ont permis d’accroitre ma capacité d’adaptation face à des situations que je ne peux contrôler. La résilience dont ma mère a fait preuve jusqu’à son dernier souffle m’inspire chaque jour. Un processus de coaching mène à des moments d’inconforts et des passages à vides que ce soit pour le client ou le coach. Je suis à l’aise avec ces instants, bien plus riches qu’ils ne le paraissent. Les hypothèses que j’émettrai lors de nos futurs rendez-vous ne seront qu’un partage de mon ressenti et de mon intuition, dénué de tout préjugé à votre égard. Je ne chercherai pas à avoir raison et vous resterez expert de votre vie. Avoir de bons résultats à l’école est une chose, transformer cela en projet de vie en est une autre. Ah, si seulement j’avais écouté mon intuition ! Et bien… Je n’en serais pas là aujourd’hui, à vous faire confiance en révélant une part de mon intimité. Car oui, mon apprentissage le plus marquant est le suivant : très souvent, notre entourage proche croit connaitre ce qui est bon pour nous, quitte à nous orienter inconsciemment dans la mauvaise direction. Ado, j’avais un projet : devenir game designer. Réaction des parents : trouve-toi un vrai métier ! Je vous invite à regarder combien pèse le marché vidéoludique à l’heure actuelle. J’ai fini par faire ce que l’on m’a conseillé parce que les modèles de réussite autour de moi avaient eux aussi choisi ce chemin. Je ne blâme évidemment pas l’envie spontanée d’aider. En revanche, le risque est que ces personnes bien intentionnées se contentent de nous appliquer leur propre cadre de référence ! J’aurais juste préféré qu’on me pose des questions au lieu de m’apporter des réponses prémâchées. Mes valeurs ? Mes envies ? Mes convictions ? Mes rêves ? Hors sujet ! Fort heureusement, les vôtres auront toute leur place en séance. Je rentre en école de commerce. La suradaptation se met en place, il faut rentrer dans le moule. Dès la fin de la première année, le caillou dans la chaussure apparait. Je ne suis pas à ma place, je le sens, je le sais. Je refoule néanmoins ma « petite voix ». De toute façon, je ne sais pas quoi faire. Je pousse même jusqu’à un double master à la fac, en me spécialisant dans les études marketing. Avec le recul, je prends conscience que le fil rouge trouve ici son origine : je m’intéresse à l’être humain, j’aime lui poser des questions afin de répondre au mieux à ses besoins et… l’éclairer sur son propre chemin. Me voilà bardé de diplômes, la route est toute tracée ! Plus qu’à dérouler, génial ! Face à la crise en vigueur à l’époque, j’enchaine les CDD sans grande conviction et ne trouve que peu de sens aux missions qui me sont confiées. Le caillou devient rocher et son poids m’enferme progressivement dans une routine implacable : Je dois payer mes factures, mon loyer, et le seul moyen est de bosser dans le domaine où j’ai de l’expérience, ce qui m’oblige à y retourner. Le désaxage s’amplifie imperceptiblement. En juin 2012, alors au chômage depuis quelques mois, je dois faire face au décès de ma mère. Profondément marqué par sa disparition, je décide enfin de prendre du temps pour moi et commence à donner des cours particuliers en parallèle. Paradoxalement, c’est ce « petit boulot » qui fait surgir ma vocation. Je me rappelle ce jour où une maman d’élève m’a remercié pour les résultats de son fils. Ses bulletins étaient non seulement meilleurs mais il avait également évolué dans le bon sens en gagnant en maturité. Sa mère m’a dit, je cite, « vous vous en sortez bien avec les jeunes, vous devriez faire du coaching pour ados ». Voilà où se situe le premier jour du reste de ma vie. De fil en aiguille, je découvre Coaching Ways par une cousine éloignée et me passionne pour l’accompagnement. Reste à déterminer les étapes qui métamorphoseront une qualité en métier. La goutte d’eau qui fait déborder le vase prend la forme de mon premier CDI en arrivant à Lyon. Mon désinvestissement est palpable, je suis en pilote automatique et je n’ai même pas de direction. Le déclic survient suite à une énième erreur où je me pose enfin la bonne question : « Qu’est-ce que je fous là » ? Je suis sur un poste à l’opposé de ce qui est important pour moi. Je fais l’anguille depuis bien trop longtemps en mentant par pure nécessité financière et je vous le dis sans détour, vous ne pourrez pas VOUS mentir bien longtemps une fois que vous aurez sciemment compris ce que vous êtes en train de faire. J’ai eu la chance d’avoir à l’époque une responsable encourageante qui m’a suggéré de faire un bilan de compétences. Un mois après la fin de celui-ci, je pose ma démission. 1 an et demi plus tard, j’obtiens ma certification chez Coaching Ways. Il m’aura donc fallu 8 longues années entre la première pensée tournée vers le coaching et la traduction en profession. Qu’en aurait-il été si j’avais su détecter plus tôt les signes de mon dysfonctionnement ? Que ce serait-il passé si j’avais osé demander de l’aide à un professionnel de ce type d’interrogation ? Vous comprenez dès lors ce qui me motive particulièrement dans le coaching. Je ne regrette pas ma vie d’avant. Bien au contraire, j’ai acquis une connaissance solide du monde de l’entreprise en passant par des grands groupes et des petites structures. J’ai aussi vécu de l’intérieur des moments cruciaux comme un changement d’actionnaire, le rachat d’un petit par un gros, l’arrivée d’un redoutable concurrent… Peut-être que certains passages font écho à votre vécu. Peut-être que vous vous reconnaissez dans quelques épreuves ou questionnements. Toutes ces épreuves, personnelles et professionnelles, ont façonné le coach libre, confiant et enthousiaste que je suis maintenant. Last but not least, j'ai découvert en juin 2021 que j'étais ce que l'on appelle un "zèbre", un "neuro-atypique", un "HPI"... Alors si c'est votre cas, sachez que nous partageons quelque chose que je comprends. J'ai hâte de faire votre connaissance et de vous accompagner !
En lire plus ▼

Formations & Certifications

Formation :

062021
Traversées Narratives
032021
Coaching Ways "Coaching Scolaire"
022020
Coaching Ways PAI "Les clés du coaching" (RNCP niveau 6)

Certification

032021
Certification Coaching Scolaire
022020
Certification ICF