La place du coaching dans la crise économique

Foire aux questions

Choisir un coach

A quoi reconnaît-on un coach sérieux ?

  • Le fait que le coach soit formé, supervisé, qu’il s’engage à respecter un code de déontologie sont des critères incontournables.
  • Le métier de coach professionnel est inscrit au RNCP Répertoire National des Certifications Professionnelles. Le fait que votre coach ait suivi un parcours de formation dans une école reconnue RNCP est un plus.
  • Le fait que votre coach adhère à une fédération est également un bon indicateur : cela prouve qu’il s’intéresse à son métier, qu’il sait s’entourer de ses pairs, qu’il est conscient de l’importance de la professionnalisation de sa pratique. Les adhérents ICF doivent avoir suivi une formation initiale au coaching et s’engagent à respecter le code de déontologie établi par International Coaching Federation.
  • La certification est un indicateur de qualité supplémentaire : par exemple les coachs professionnels certifiés par ICF doivent justifier d’un parcours de formation spécifique au coaching, d’un certain volume d’heures de pratique, et sont examinés sur leur parfaite connaissance du référentiel des compétences de base. De plus, ils s’engagent à mettre à jour leurs connaissances par la formation continue..

Faut-il rencontrer plusieurs coaches avant de choisir ?

  • Que ce soit un coaching prescrit et financé par l’entreprise, ou bien une démarche en tant que particulier : il est conseillé de sélectionner le professionnel avec lequel vous sentez d’avance que vous allez bien avancer car vous ressentez une totale confiance.
  • En entreprise, généralement le commanditaire (le plus souvent la DRH) établit une présélection et propose un coach ou plusieurs coaches au salarié. Celui-ci détermine son choix en fonction de la relation qu’il apprécie avec le professionnel.
  • En tant que particulier, vous allez probablement effectuer aussi une première sélection et prendre contact avec différents professionnels avant de vous décider. La plupart du temps, la prise de contact est offerte.

Dois-je choisir un coach qui connaît parfaitement mon domaine d’activité ?

Le coach n’a pas besoin d’être spécialiste de votre secteur d’activité. C’est un spécialiste du processus de l’accompagnement au changement ; même s’il ne connaît pas votre secteur, il saura vous accompagner dans votre réflexion, vous apporter des clés de compréhension et vous soutenir dans le plan d’action que vous allez élaborer en partenariat avec lui ou elle.

Tous les coachs travaillent-ils avec les mêmes outils ?

Comme toute profession, il existe mille manières de l’exercer. Certains sont plus spécialisés dans l’utilisation de certains outils, ou bien pratiquent telle ou telle méthode de coaching, ou bien sont formés à des pratiques complémentaires (équicoaching, PNL, photolangage, hypnose, thérapie…) . Il n’y a pas de pratique meilleure ou moins bonne qu’une autre : c’est une question d’affinité, de mode de fonctionnement qui conviendra plutôt à tel client plutôt qu’un autre… Consultez leurs profils sur notre annuaire, ou bien posez la question au coach que vous avez présélectionné.

En présence, à distance, qu’est-ce qui est le plus efficace ?

La plupart des coachs professionnels exercent en présentiel, par téléphone ou en visioconférence. Chacune de ces solutions présente des avantages. La pratique de la visioconférence est en augmentation, et les coachs se forment aussi à ces techniques, de manière à apporter une qualité de coaching qui soit confortable et fluide pour leurs clients.

Mais peut-être voulez-vous trouver un coach près de chez vous ? Consultez leurs profils sur notre annuaire, ou bien posez la question au coach que vous avez présélectionné.

Combien ça coûte ?

Les tarifs sont variables, notamment en fonction de la nature et de la complexité de la demande, de l’expérience et du niveau de certification du coach.

Quels autres critères de choix ?

En fonction de votre situation : vous voudrez peut-être un coach plus habitué au coaching de PME, de particuliers, de grands groupes… ou un coach qui parle une langue autre que le français… utilisez les filtres de recherche de notre annuaire.

Si un client recourt à ICF pour dénoncer les pratiques d’un coach, quelle démarche ICF entamera vis-à-vis du coach ?

  • Le but d’ICF est de renforcer la professionnalisation des coaches en France. Si un client saisit le comité déontologie parce qu’il a des doutes sur son coach, ICF prend alors contact avec le coach, lui propose de le rencontrer, de dialoguer à propos de la situation décrite par le client et établit avec le coach un plan de renforcement de ses compétences. À charge pour lui de parfaire sa pratique selon les règles de la profession. Cette démarche a jusqu’ici permis de renforcer la pratique de certains professionnels et de rassurer des clients.

Si un coaching se passe mal, quel recours a le client ?

  • Tout client du coaching peut saisir à tout moment le comité déontologie ICF.

L'association ICF

Quelle est la mission d’ICF ?

ICF réunit des coachs professionnels en une communauté tournée vers le progrès individuel et collectif, avec pour objectif d’aider ses membres à atteindre l’excellence dans leur savoir-faire et leur posture, ainsi qu’à trouver l’adéquation entre leur épanouissement en tant que coach et leur modèle économique en tant qu’entrepreneur

Qui peut adhérer ?

Toute personne qui a suivi au moins 60h de formation initiale au coaching et qui s’engage sur le code de déontologie.

Que défend ICF : les autres associations n’ont-elles pas finalement la même vocation ?

  • Toutes les associations importantes ont en effet une approche comparable du métier et défendent la profession selon des codes éthiques et déontologiques similaires.
  • ICF se distingue cependant par :
    – le fait qu’elle soit la plus ancienne fédération de coachs (ICF Monde créé en 1995)
    – le fait qu’elle soit la plus importante au niveau mondial
    – le fait que les adhérents soient uniquement des coachs professionnels, même si parmi eux certains sont également mentors ou consultants
  • ICF défend le coaching professionnel comme ses autres confrères, mais l’association a par définition vocation à ouvrir ses portes à toute forme de coaching qui présente les compétences indispensables, listées dans un document accessible en ligne : « Le référentiel de compétences du coach ».
  • ICF propose des certifications qui permettent d’accréditer les coaches en fonction de compétences clairement définies dans ses statuts.
  • Enfin, International Coaching Federation est une association internationale, croisant les pratiques du coaching dans plus de 140 pays. À ce titre ICF Monde est aujourd’hui la première référence en matière de laboratoire de réflexion et d’évolution des pratiques du coaching.

Quand on est coach, est-on obligé de rejoindre une fédération ?

Chacun est libre de choisir d’adhérer (ou non) à l’une des associations de coachs professionnels.

Le positionnement de ces associations n’étant pas exactement les mêmes, et les services procurés étant eux aussi variés : il arrive que certains coachs décident d’adhérer à deux associations.

ICF est donc une association de coachs qui s’auto-proclament professionnels ?

  • Les associations qui se sont formées lorsque le métier était encore récent l’ont fait dans l’esprit de faire connaître la profession, en préciser les contours et protéger les clients. À l’ICF tous les adhérents s’engagent sur des principes de professionnalisation qui ne laissent place à aucune improvisation et à peu de dérives possibles. Notre vocation est d’aider les coaches, qui exercent souvent leur métier en individuel aujourd’hui, à parfaire leur pratique au contact de leurs pairs. Pour nous il ne suffit pas d’une bonne formation de base. La formation est permanente, et l’envie de progresser dans sa pratique aussi.

La place du coaching dans la crise économique

En temps de crise, quelle place pour le coaching ?

  • Le coaching, en tant que démarche personnalisée, est un outil particulièrement adapté aux contextes en évolution, voire de crise. Ceci concerne autant le coaching individuel, d’équipe que les démarches collectives.
  • Cependant cela demande aux coaches de travailler sur deux aspects clés de leur démarche :
  1. quelle est la valeur ajoutée de mon profil en tant que coach ?
  2. quelle est la valeur ajoutée de mon offre dans le contexte actuel ?

Le coaching

Comment intervient un coach professionnel ?

Comme le définit ICF, le coaching est la mise en place d’un partenariat avec les clients, dans le cadre d’un processus de réflexion et de créativité, afin de les inciter à optimiser leur potentiel personnel et professionnel.

Le plus souvent le coaching consiste en un dialogue, différent de la conversation que l’on peut tenir avec un ami, en famille ou avec un conseiller.

En plus du dialogue client-coach, le coaching peut comporter des tâches à réaliser, des tests, ou bien d’autres éléments.

Le schéma classique d’un accompagnement en coaching :

  • recevoir la demande (projet, préoccupation, problème, question…)
  • transformer la demande en objectif
  • identifier les obstacles, les ressources
  • concevoir les solutions
  • mettre en oeuvre un plan d’action

Le coach stimule l’engagement de son client pour cheminer, agir, expérimenter de nouveaux comportements, dépasser les difficultés, gagner en efficience. Il l’encourage à s’appuyer sur ses propres talents, à les développer et à se faire confiance. Après avoir défini ensemble les objectifs à atteindre, le coach aide son client à trouver ses propres solutions et à mettre concrètement en œuvre ses idées.

Dans quels cas la collaboration avec un coach professionnel se révèle-t-elle particulièrement utile ?

Dans une infinité de contextes : pour faire avancer un projet, résoudre un problème, comprendre une situation, pour étayer une prise de décision, gérer les priorités, accompagner le changement. Mais aussi pour ajuster le management (par exemple dans le cadre du management à distance), faciliter l’adhésion des équipes, leur cohésion, gérer le stress, les émotions, les conflits…

Les entreprises recourent aussi au coaching d’équipe, au coaching d’organisation qui prend tout son sens dans l’élaboration et la mise en place de nouvelles méthodes de management ou de nouveaux modes de gouvernance.

Le coaching individuel s’avère très utile lors d’une prise de poste, ou plus généralement pour donner plus de sens à son leadership, aider à développer ses compétences relationnelles, apprendre à prendre du recul dans des situations stressantes, accueillir et comprendre ses émotions, accroître la confiance en soi.

Les coachs accompagnent efficacement les personnes en recherche de sens dans leur activité professionnelle, qui envisagent une reconversion ou qui souhaitent évoluer dans leur carrière.

La demande de coaching évolue-t-elle de façon homogène dans toutes les régions en France ? Les demandes sont-elles similaires entre la région parisienne et les autres régions ?

  • Le coaching n’est plus depuis longtemps l’affaire des seules directions générales (généralement situées en région parisienne).
  • Les demandes concernant les grands groupes sont plus souvent concentrées sur les métropoles. Les demandes des TPE, des PME, des particuliers sont réparties sur tout le territoire.
  • Les coachs professionnels sont établis sur tout le territoire. Certains d’entre eux ont une mobilité locale, régionale ou nationale : consultez l’annuaire pour préciser votre recherche.
  • ICF est représentée dans l’ensemble de la France, au travers des Antennes régionales.

Quels types de contrats se nouent entre le coach et l’entreprise ?

  • Généralement et c’est ce que nous recommandons à l’ICF, il s’agit de contrat tripartites minimum entre le client, son management et le coach. Très souvent la DRH est également au coeur du processus de recrutement du coach et de sa présélection. Peuvent également intervenir des niveaux N+1 ou n+2.
  • Le coach a donc une relation “commerciale” avec le donneur d’ordre, et une relation de coaching avec le bénéficiaire du coaching.
  • La confidentialité des échanges au cours des entretiens de coaching est garantie par le professionnalisme du coach.

Peut-on faire du coaching par téléphone, ou par internet, ou à distance ?

  • Oui bien sûr ! Depuis des années, le coaching à distance s’avère très utile avec des clients qui doivent gérer une forte mobilité sans pour autant perdre le rythme d’un travail en coaching. C’est pourquoi on retrouve cette forme de coaching à distance dans des cas comme le coaching d’expatriés, de dirigeants partageant leur temps entre plusieurs sites de l’entreprise …
  • Le coaching à distance a connu une forte expansion en 2020. Les solutions techniques sont devenues plus accessibles, faciles à prendre en main, plus confortables aussi.
  • La plupart des coachs sont formés à ces techniques et ont adapté leurs programmes et leurs méthodes. Les résultats sont surprenants !
  • Cependant, certains clients se sentiront davantage impliqués s’ils ont la possibilité de rencontrer leur coach en présence au moins une fois en amont de la collaboration.

Quelle est la différence entre psychologie et coaching ?

  • À la différence des thérapeutes, les coachs collaborent avec des “clients”, ils ne soignent pas des “patients”. Et, s’il leur arrive d’aborder le passé, c’est dans l’intention de comprendre le présent, et d’en tenir compte pour mieux agir dans l’avenir.
  • Le coaching est toujours orienté solution.
  • Les personnes coachées, pour la plupart n’ont pas vraiment ce qu’on appelle des “problèmes” : simplement ces personnes abordent une période de changement, éprouvent parfois du doute ou de l’inconfort, ou bien elles tournent en rond sur une interrogation, ou bien elles peinent à mobiliser leur énergie sur un projet qui pourtant leur tient à cœur, ou bien elles sentent qu’elles pourraient accomplir de plus grands desseins mais ignorent encore lesquels et comment.
  • L’intervention d’un coach leur fait gagner du temps en les conduisant à l’essentiel et leur permettant de reprendre la main sur leur motivation et définir leurs actions.
  • Le coaching peut être mené en parallèle d’une psychothérapie ou d’une psychanalyse : c’est même parfois complémentaire. Quand la thérapie permet de travailler sur l’origine de la difficulté, le coaching permet en parallèle de travailler sur l’objectif personnel, avec une démarche court terme, encadrée, contractualisée avec le coach, et avec des points de contrôle réguliers.

Des coachs peuvent-ils être aussi conseils ou formateurs ?

  • Oui et c’est souvent le cas.
  • Ce sont des postures différentes : le formateur dispense un savoir, le conseil apporte une solution à un problème, le coach fournit des pistes de réflexion pour que le client conçoive et mette en oeuvre un plan d’action pour atteindre son objectif.
  • Certains sont aussi formés à la psychologie ou à l’hypnose ou à la psychanalyse par exemple.
  • L’important est de bien distinguer l’approche que l’on choisit et de se tenir au processus et aux compétences de coach. Cela demande de l’entraînement et d’être en permanence supervisé dans sa pratique.

Quelle est la différence entre coaching professionnel, coaching sportif, coaching de séduction coaching de vie… ?

  • Coachs professionnels = leur profession est d’être coach
  • Les coachs professionnels peuvent accompagner leurs clients sur leur évolution professionnelle : soit mandatés par l’entreprise, soit mandatés par un particulier qui souhaite réfléchir sur sa pratique ou son avenir.
  • Certains coachs sont davantage habitués à intervenir dans des petites, moyennes, grandes ou très grandes entreprises. Consultez les filtres de notre annuaire.
  • Certains coachs professionnels sont aussi habilités à accompagner les sportifs, les équipes, leurs entraîneurs : il s’agit de les emmener vers davantage de performance. Ce ne sont pas des profs de sport, même si ils ont souvent une expérience significative dans une discipline sportive. Chez ICF la Commission Coaching en milieu sportif est très active.
  • Certains coachs professionnels sont aussi habilités à accompagner leurs clients qui souhaitent améliorer leur image, ou leurs relations interpersonnelles : coach en image, coach de vie etc
  • Les “coachs sportifs” sont plutôt des personnes qui conçoivent des programmes d’entraînement physique pour le bien-être de leurs clients (pour simplifier : des profs de sport)
  • Les “coachs” en jardinage, en rangement, en relooking etc sont plus exactement des personnes qui détiennent un savoir ou un savoir-faire dans des domaines précis et qui sont capables de le transmettre à leurs clients. En fait, il s’agit de mentoring ou de conseil ou de formation, plutôt que de coaching.

Le coaching est-il issu du culte de nos sociétés pour la performance ?

  • Il est vrai que ces dernières années ont mis le coaching à l’honneur dans les entreprises poussées par la recherche de performance. Il est vrai aussi que la demande a presque toujours été dans le but d’améliorer la performance des dirigeants. Mais derrière le discours commercial se cache une tout autre réalité : certes la performance est au coeur de la demande, puisqu’elle concerne des individus compétents, qui malgré l’expérience peuvent éprouver des difficultés à dépasser certains obstacles ou certaines conditions de marché.
  • Mais un coach doit avant tout porter son attention sur la personne pas sur l’objectif. L’objectif ne serait rien sans le désir de le réaliser. Dans le métier de coach il y a certes un côté pragmatique orienté résultats, mais aussi un côté orienté sur la personne.

Pourquoi le coaching s’est-il développé dans nos sociétés et pourquoi ce succès ?

  • Dans le contexte d’un environnement devenu VICA (volatil, incertain, complexe et ambigu), il n’existe plus de certitudes ni de voie toute tracée : les organisations doivent s’adapter à de nouveaux codes, créer de nouvelles techniques, aller un cran au-delà pour prendre le lead – ou tout simplement pour rester en course, ré-inventer perpétuellement leur relation client… et s’appuyer sur les savoir-faire et les savoir-être de leurs salariés. Les carrières aussi se composent autrement, sur un mode non linéaire. C’est pourquoi le coaching occupe une place de choix en tant que processus d’accompagnement au changement et que la formation continue devient plus que jamais essentielle.

Les coachs

Pour le coaching en entreprise peut-on calculer un ROI ?

  • International Coaching Federation réalise régulièrement au niveau international des études sur l’impact du coaching, auprès d’entreprises utilisant le coaching et de clients finaux du coaching. Ces études mettent en lumière l’efficacité du coaching. Les clients interrogés affirment également qu’ils feront de nouveau appel au coaching dans d’autres circonstances de leur vie personnelle et professionnelle.

Combien de coaches vivent uniquement de cette spécialité ?

  • Il n’existe pas de statistiques à l’heure actuelle mais si l’on se rapporte au nombre d’adhérents ICF, à peu prés 1/3 exercent uniquement comme coach. Les autres peuvent avoir des activités complémentaires : conseil, formateur, psy, etc.

Combien coûte le coaching ?

  • Le coaching en entreprise se situe entre : 250 €/h et 700 €/h
  • Le coaching individuel entre 150 €/h et 300 €/h.

Les écoles dites de coaching sont-elles accréditées ?

Plusieurs organismes de formation proposent des formations au coaching.

Certains programmes de formation initiale sont reconnus RNCP.

Certains programmes de formation initiale ou de formation continue sont accrédités par International Coaching Federation : c’est-à-dire que ICF atteste que ces formations sont conformes au référentiel de compétences élaboré par ICF et aux valeurs clés : Respect Intégrite Collaboration Excellence. Voir notre liste en ligne.

Comment se forment les coachs ?

  • Le coaching étant souvent un choix de deuxième partie de carrière, le coachs ont pour commencer des formations initiales et des expériences extrêmement variées : c’est ce qui fait la richesse de l’approche. 
  • L’expérience professionnelle et personnelle antérieure, ou bien des connaissances en PNL ou en AT ne suffisent pas : il est nécessaire de suivre une formation spécifique au coaching (à titre purement indicatif : au moins 125h réparties en différents modules en présentiel, sur plusieurs mois, pour une formation correcte).
  • Certains programmes de formation sont accrédités par International Coaching Federation : ces programmes sont en accord avec le référentiel de compétences élaboré par ICF.
  • Certains programmes de formation sont reconnus RNCP.
  • Par la suite, tout au long de la carrière : la formation continue est indispensable.
  • ICF encourage la professionnalisation du métier de coach et rappelle à ce titre qu’il est nécessaire de parfaire régulièrement sa formation et d’accepter le principe de supervision pour progresser dans sa pratique. Ce n’est pas un métier de tout repos !

Les limites du coaching

Est-ce que le coaching est exposé (ou plus exposé) aux dérives ?

  • Le mot “coaching” est un terme qui recouvre des réalités différentes.
  • Il convient de distinguer le coaching professionnel du très médiatique développement personnel, dans lequel s’épanouissent diverses personnalités plus ou moins narcissiques et très populaires… le coaching est un accompagnement individualisé, ciblé sur une demande précise et limité dans le temps, alors que certaines stars du développement personnel promettent succès et richesse grâce à des méthodes standard potentiellement applicables à tous – même si bien entendu, à travers le processus de coaching professionnel les clients abordent aussi leur développement personnel.
  • Le coaching professionnel n’est ni plus ni moins exposé aux dérives sectaires : la vocation d’ICF vise notamment à informer le grand public des pratiques et des contours propres à la profession. 
  • ICF travaille avec les autres associations et organismes pour coopérer en matière d’information, de certification et de déontologie, par exemple via le Syndicat Interprofessionnel SIMACS.
  • ICF France a également mis en place un comité déontologie, qui a pour rôle entre autre de traiter la question des dérives éventuelles.

Le coaching peut-il répondre à tout ?

  • Non le coaching ne répond pas à tout, puisqu’il s’agit d’une approche spécifique : un accompagnement ciblé sur une demande, et limité dans le temps.
  • Dans certains cas, il sera plus adapté pour le client de recourir à un consultant, à un mentor, à un formateur ou à un thérapeute.