Santé et Bien Etre au Travail – Partie II – Dana Lefeuvre*

img-7

Réduire l’Anxiété et le Stress en Période d’Incertitude

Et pour aller plus loin… 4 conseils de plus

Le premier article de cette série parlait de 6 conseils pour réduire l’anxiété et le stress en période d’incertitude. Dans celui-ci (#2 dans la série), Dana Lefeuvre décrit 4 conseils de plus pour vous aider dans ce domaine.

 

1. Réduire le nombre de pensées que vous avez par jour.

L’être humain a en moyenne plus de 10,000 pensées / jour et au moins 80% d’entre elles sont les mêmes pensées qu’il a eu hier et avant-hier (et beaucoup d’entre elles sont des inquiétudes auxquelles nous ne pouvons rien faire).

Pratiquer des exercices de pleine conscience – le yoga, le tai-chi, les étirements et les répétitions PQ aident à calmer notre esprit et à réduire le nombre de pensées que nous avons. Ce faisant, des pensées plus positives, plus pertinentes et qui nécessitent de l’attention émergent. Que sont les activités PQ? PQ signifie ‘Positive Intelligence Quotient’ et les activités PQ (https://www.positiveintelligence.com/pq-rep/) impliquent de se concentrer sur les sensations physiques afin de libérer les pensées. Il a été prouvé qu’ils nous font passer rapidement du mode Saboteur au mode Sage en choisissant de manière proactive d’écouter notre voix intérieure qui nous conduit vers un endroit plus positif et productif (plutôt que la critique intérieure qui tend à nous saboter). Il s’agit d’accéder à la partie de notre cerveau où réside la créativité, la curiosité et la positivité. Au fur et à mesure que nous pratiquons les répétitions PQ, la matière grise dans cette partie de cerveau se développe et génère des hormones et des neurotransmetteurs positifs comme la sérotonine, la dopamine et l’ocytocine.

 

2. Retrouver un sens de l’ordre. 

Les gens ont soif d’un sentiment de contrôle et d’ordre. Lorsque notre critique intérieur est activé, nos pensées tournent. Nous pouvons compenser le manque d’ordre dans nos têtes en créant de l’ordre autour de nous. Organisons notre espace de travail, nettoyons la cuisine, rangeons la chambre, réparons quelque chose qui est cassé, partons pour une promenade dans la nature -ce sont toutes activités qui nous aident à clarifier nos esprits, à nous concentrer et à devenir plus productifs lorsque nous nous mettons au travail.

3. Identifier les opportunités.

Pour quoi sommes-nous reconnaissant ? Malgré les restrictions de confinement, un certain nombre d’opportunités positives sont apparues. Avec moins de distractions au bureau traditionnel, nous développons une nouvelle capacité à nous concentrer, à créer et à innover. Nous avons maintenant la possibilité de reprendre le contrôle de notre temps – notre ressource la plus précieuse. Ces moments peuvent être l’occasion de créer des solutions viables qui sont durables en se concentrant sur l’impact de notre travail plutôt que sur la quantité. Les recherches montrent que le télétravail (TT) améliore la santé mentale et physique des employés, réduit l’empreinte carbone et génère des économies mensuelles considérables pour les entreprises. Permettre aux collaborateurs la flexibilité de faire du TT deux à trois fois par semaine les rend plus autonomes, réduit les déplacements et augmente l’engagement. Poursuivre cette approche sera essentiel pour maintenir le bonheur, l’engagement et, par conséquent, garantir des niveaux de productivité plus élevés.

 

4. Vivre notre vie selon nos valeurs.

Vivre conformément à nos valeurs nous ancre afin de prendre des décisions avec conviction au milieu de l’adversité. De plus, la découverte des valeurs construit le fond d’un leadership efficace. En clarifiant nos 5 valeurs principales et en les alignant sur les valeurs de l’organisation, ce qui est important nous guide pour avancer en toute confiance.

 

Ce que dit la neuroscience…

 

La neuroplasticité est la capacité du cerveau à changer et à s’adapter grâce à la création de nouveaux circuits neuronaux. Une fois que nous avons exécuté un nouveau comportement 21 fois, ce comportement devient gravé dans notre cerveau et a le pouvoir de devenir une habitude.

En attendant que l’avenir se précise, ci-dessous un exercice destiné à aider à identifier les valeurs, à gérer l’anxiété et le stress associés à l’incertitude du futur.


Identification de vos valeurs

L’exercice pour vous aider à traverser votre stress:

1. Reconnaissez votre stress. Nommer votre stress consciemment et délibérément déplace l’activité neuronale de l’amygdale – le centre de l’émotion et de la peur – vers le cortex préfrontal, qui est responsable du contrôle exécutif et de la planification. Complétez cette phrase: «Je suis stressé.e par __________________________. »

2. Identifiez la cause fondamentale. Identifier la motivation positive ou la valeur personnelle derrière votre stress aide à le rationaliser et à le neutraliser davantage. Remplissez la phrase suivante: «Je suis stressé.e par ______________________________ parce que je tiens profondément à __________________________. »

3. Examinez vos réactions. Quelles sont mes réponses au stress? Remplissez les pointillés: Mes réponses typiques au stress sont ________________________. Vos réponses typiques correspondent-elles aux valeurs derrières votre stress?

4. Réécrivez le script! Comment pourriez-vous changer votre réponse au stress pour mieux faciliter vos objectifs et atteindre votre objectif? «À l’avenir, je ______________________________. »

L’anxiété et le stress sont normaux en période d’incertitude. Les clés pour exploiter cette énergie négative et en faire un facteur de motivation positif sont de la reconnaître, d’identifier les racines, d’examiner vos réactions, puis de réécrire votre script!

img-8

Article écrit par Dana Lefeuvre , Master Coach accréditée par l’International Coaching Federation. Avec plus de 31 ans d’expérience avec des équipes multinationales, elle accompagne les dirigeants et les équipes à intégrer, à naviguer et à co-créer des nouvelles cultures de travail. Elle accompagne, conçoit et anime des ateliers en anglais et en français. Ayant été basée dans les Amériques, en Europe, en Asie du Sud-Est et en Angola, elle parle également du bahasa, du portugais et de l’espagnol.  Avant de devenir coach, elle a occupé des postes de direction dans l’exportation, la finance, le conseil en développement stratégique et le secteur public.

Crédit photo : Photo par JESHOOTS.COM sur Unsplash